La révélation… de Nokturnalclash

J’étais si heureuse que je ne pouvais pas dormir.

Peut-être était-ce à cause du vent qui soufflait sur mon visage, de cette lune un peu trop lumineuse (j’avais pourtant tiré mon buff sur mes paupières), ou bien des arbres qui dansaient autour de nous… Pourtant j’avais dormi des dizaines de fois dehors. Curieux ! Mais je n’étais pas triste d’être insomniaque: j’étais ravie. Je regardais ces ombres dans le pré, leurs petites respirations comme des ronflements, les contours de montagnes alentour… Et pour la première fois, je trouvais ma vie toute entière vraiment belle.

C’était la première fois que je voyageais à vélo avec des copains sur plusieurs jours, en mode « sportif » (grosses journées de pédale, et petits dodos), et depuis ça me le refait à chaque fois.

Toujours lors de ces micro-aventures, je ressens une vague de joie qui me tient plusieurs jours. Une onde qui s’infiltre partout. J’arrive mieux à dormir, maintenant, mais ce n’est pas garanti tant elle peut être enivrante et persistante.

Elle arrive comme ça, d’un coup, parfois après plusieurs jours de fatigue (dans ce cas-là, elle est encore décuplée par la fébrilité du corps et de l’esprit). D’une simple étincelle… Une lumière chaude en haut du col de Thegime, une vue sur la mer, les bulles d’un soda frais après une après-midi de canicule, le sourire d’un compagnon de route, nos croûtes de sel sur le maillot à la boulangerie… tout est beau. Trop beau.

Curieusement, quand je ne suis pas seule, je n’ai pas grand-chose à raconter dans ces moments-là: la présence des autres me touche, et je souris parfois bêtement. Certains silences ont une saveur incomparable et permettent une révélation: les efforts de l’année, les jours difficiles au travail, les soucis… Tout prend un sens. Rien n’était vain. C’était pour ça. Pour vivre ÇA.

Je souhaite à tout le monde de trouver cette sensation de plénitude. Je suis sûre que le vélo et la longue distance ne sont pas les seuls moyens d’y accéder, mais c’est le mien. Quand j’enfourche ma monture, malgré les douleurs, j’ai toujours cette sensation: celle d’être là où j’ai choisi d’être, et de faire ce qui me rend heureuse, prendre la route.

Suivez Sophie alias Nokturnalclash sur son compte Instagram pour suivre ses aventures à vélo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :